Maison du livre et du patrimoine

  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
  • slide
Client
Domaine d'activité Architecture
Compétences

Un bâtiment public à l’échelle de Lausanne :

La nouvelle Maison du livre et du patrimoine s’insère dans un site urbain entre ville haute et ville basse.

Ce site partiellement dominé par un cordon boisé naturel est un résidu de l’urbanisation du Flon. Il est délaissé par les piétons et les nombreux déchets qui le jalonnent expriment tout l’intérêt qui lui est porté jusqu’alors. Malgré cela, il doit devenir un des points névralgiques de la réorganisation du trafic lausannois préconisé par l’AFTPU à grande échelle. Le pont qui va permettre d’amener le véhicule dans une 3ème dimension du site va littéralement télescoper toute valeur d’usage piétonnier.

L’un des premiers enjeux du projet sera donc de permettre à la nouvelle bibliothèque d’exprimer sa dimension culturelle et patrimoniale en tant que bâtiment.

Le projet propose de clarifier d’un seul trait le futur bâtiment en proposant une idée simple et lisible : une façade pleine hauteur continue qui dépasse le simple cadre du pont et qui le longe sur 160 m.

Par ce geste elle intègre deux ouvrages en un. La façade du bâtiment reprend le dessus sur le pont et devient un media de communication pour la bibliothèque à l’echelle du Flon. Elle s’inscrit non plus comme sous un pont mais comme un véritable socle sous le Palais de Justice et la Cinémathèque.

 

Une façade signalétique pour communiquer sur la ville :

La façade en verre donne une unité au bâtiment sur 160 mètres. Elle joue un rôle signalétique sur la rue pour les 4 entités qu’elle héberge : la bibliothèque de la Jeunesse, la bibliothèque de Chauderon, les archives de la Ville, et le Fond patrimonial de la bande dessinée.

La façade devient un véritable vecteur de communication pour la bibliothèque sur la ville qui peut alors héberger affiches d’exposition et informations visiteurs. Dans le cadre d’évènements les scénographes pourront également imaginer la projection de films sur la façade.

 

Une façade comme lieu de déambulation :

La façade a une épaisseur. Elle héberge une circulation froide qui permet de lier à pied le haut et le bas du site. Elle descend en R-1 sur sa pointe Sud-Ouest assurant la liaison avec l’arrêt du métro M1. Par ce geste fort la façade concourt à relier l’ensemble des circulations piétonnes et à accompagner le piéton dans le Flon. Lorsqu’elle dépasse les abords du pont, la grande façade devient un écran antibruit afin de limiter les nuisances des automobiles sur le pont vers les bâtiments du Flon et leur terrasses en toiture. Cet écran met à distance les automobiles dans la perspective d’un Flon axé sur les mobilités douces.

 

Le cordon boisé:

Cet espace vert, qui se situ sur le talus nord de la colline de Montbenon, est le seul poumon vert du quartier du Flon. A ce titre nous allons le mettre en valeur et proposons de l’étendre tout au long de la route des Côtes-de-Montbenon. La forêt fait partie de l’aménagement paysager. Le but est de créer une forêt dynamique et vivifiante pour les usager de la ville. Sur la promenade avenue Jules Gonin deux clairières s’ouvrent sur le quartier du Flon et le pont du chaudron, ces ouvertures permettrons aux piétons d’appréhender l’espace. Depuis la route des Côtes-de-Montbenon la forêt est visible à travers la structure perméable de la nouvelle bibliothèque et par un passage au centre de la construction.

Une zone de transition entre la ville et la ‘nature’ permet de s’approcher de la forêt, sans devoir la pénétrer. Pour assurer une multitudes de biotopes sylvestres: des lisières sud et nord avec principalement des arbustes , deux clairières avec des fougères et des herbes sylvestres, une futaie jeune et une partie climax pour quelques spécimens d’arbres

 

Patrimoine bâtit lausannois

Le nouveau bâtiment s’inscrit dans le prolongement des réflexions lausannoises sur la ville, le Flon, et la nature. Il respecte la forêt en la laissant au maximum s’étendre sur son éperon de verdure.

Il s’inscrit dans la vision d’un socle que l’avenue Jean Jacques Mercier avait esquissé à la fin du 19ème siècle. Côté Nord –Est, le fond du bâtiment propose d’héberger sur toute sa hauteur et longueur la grande fresque de August Joseph Knip (1844-1847) retraçant l’histoire du Flon.

 

Programme

La répartition du programme sur le site mise principalement sur l’apport lumineux de ces parties. Une partie publique est positionnée en tête de gondole à l’angle Est du bâtiment permetant aux lieux de lecture de recevoir assez de lumière. Une seconde partie en vis-à-vis héberge l’administration qui possède des ouvertures à la fois au Nord et aux Sud. Les parties nécessitant de moins en moins de lumière se retrouvent dans les locaux entérré.

 

Génie civil

Selon les contraintes propre du site, la présence du tunnel M1, et du viaduc la stratégie statique proposée pour le projet 170x11 repose sur deux points :

- dissocier clairement la structure du pont et celle du futur bâtiment de la Maison du livre et du patrimoine.

- donner une masse conséquente à l’ensemble du bâtiment à la fois dans ces éléments horizontaux et verticaux. ,Ceci permet une meilleur assise du bâtiment afin de contrer les frottements induits par les poussées latérales du terrain. Dans cette démarche, des béches sont construites sous le radier pour optimiser l’effet d’assise.

 

La lumière

La lumière est un thème central pour la nouvelle bibliothèque. Le défit étant d’optimiser l’apport lumineux qui est faible de par la localisation de la parcelle.

Le projet propose d‘optimiser les apports de lumière naturelle dans les espaces de travail et de vie tout en simplifiant les principes architecturaux qui permettent d’amener cette lumière. Les puits de lumière jalonnent le bâtiment prenant différentes tailles, jusqu’à s’ouvrir généreusement en patio. Les espaces intérieurs qui en découlent sont calmes et confortables à l’usage avec une intensité lumineuse unitaire pour la lecture et la concentration. Des systèmes mécaniques occultants sont envisagés pour palier des rayons lumineux trop directs l’été. Tandis que l’hiver un renfort de lumière artificielle est présente permettra de garder une luminosité homogène toute l’année.

 

Structure paysagère

Phasage du cordon boisé et de l’évolution des sujets .